Les chariots élévateurs doivent être régulièrement inspectés pour éviter certaines situations complexes ou dangereuses (pannes, dégradation des performances, accidents, etc.). Une Vérification Générale Périodique (VGP) peut être comparée aux inspections techniques des voitures. Cela s’effectue obligatoirement en fonction d’une périodicité déterminée. Cet article vous présente en détail tout ce que vous devez savoir.

Contrôles effectués pendant une vérification générale périodique (VGP)

Lors d’une vgp chariot elevateur, le vérificateur enregistre toutes les informations relatives à la machine : marque, modèle, heures au compteur, etc. De plus, l’opérateur doit être en mesure de fournir au vérificateur : le manuel d’utilisation de la machine, le carnet des inspections, des opérations d’entretien, le carnet des réparations effectuées, le certificat de conformité.

Ensuite, le vérificateur vérifie l’état général du chariot élévateur pour détecter les anomalies qui pourront créer une situation dangereuse lors de l’utilisation. Puis il contrôle les freins, le limiteur de charge, les chaînes de levage, etc. Après les vérifications, le chariot élévateur doit être essayé. Le but est de contrôler l’état normal de l’engin. À l’issue du VGP, le vérificateur confie au chef d’entreprise un rapport complet. Par conséquent, celui-ci peut prendre les mesures adéquates pour maintenir son chariot et ses équipements en bon état.

Périodicité VGP

Périodicité VGP

Le VGP doit être réalisé tous les 6 mois ou annuellement selon la catégorie de chariot concerné. Par contre, les chariots de manutention qui peuvent déplacer et soulever des produits non emballés, comme le fumier, doivent faire une VGP annuellement.

La base juridique du contrôle des chariots élévateurs

Des inspections annuelles des chariots de manutention sont exigées par la loi. Cela permet d’éviter les accidents et les risques pour la santé des personnes à cause des chariots imparfaits ou endommagés. Selon la norme ISO 5053, les obligations d’inspection s’appliquent à tous les chariots de manutention avec ou sans levage, charriés et conduits en mode accompagnant. Il s’agit notamment : des transpalettes manuels, des transpalettes surbaissés, des transpalettes électriques, des gerbeurs et des chariots élévateurs.

En général, les chefs d’entreprise ont l’obligation de garder à jour leurs certificats d’examen VGP. Cependant, pour le contrôle des transpalettes à main, il est dit que le test ne doit être fourni que sur demande. Les différents résultats de l’inspection doivent également être enregistrés dans le journal de vérification. Celui-ci doit préciser la date et l’étendue de l’inspection. Les anomalies constatées ou les révisions partielles restant à faire doivent être précisées.

Pourquoi effectuer des vérifications générales périodiques ?

Malgré les opérations de maintenance de routine et la surveillance quotidienne par les employés qui exploitent des chariots élévateurs, vous ne pouvez jamais être sûr que des dommages cachés ou des défauts techniques ne se produiront pas à votre insu. Généralement, ces machines sont utilisées tous les jours et de façon très intensive. Les mouvements répétitifs, la circulation multiterrain et les conditions d’utilisation sont capables d’endommager certains composants et créer des dangers.

En conséquence, des inspections générales régulières ont vu le jour pour répondre aux besoins de sécurité au sein de l’entreprise. Combiné aux opérations de maintenance et aux instructions du constructeur, cela aide à réduire considérablement les dangers associés à l’utilisation et au fonctionnement de ces machines.

About Author

OFSA